La meilleure façon de comprendre les bases de données relationnelles (relational databases) et d'apprendre à les utiliser est d'analyser tous les éléments qui la composent.

Une base de données relationnelle est un ensemble d'informations organisées de manière logique de sorte qu'elles puissent être facilement éditées, ajoutées, supprimées et, surtout, consultées. Les bases de données relationnelles, qui stockent les données dans des tables structurées, sont l'un des types de bases de données les plus prisés et les plus simples à utiliser.

Vous connaissez peut-être les tableurs traditionnels, qui stockent également des données dans des tableaux. Mais contrairement aux tableurs traditionnels, développés à l'origine pour fonctionner comme des feuilles de calcul pour les opérations comptables, les bases de données relationnelles ont été spécifiquement conçues pour stocker des informations de manière fiable et évolutive. De fait, les bases de données relationnelles offrent une plus grande flexibilité pour traiter les informations.

Alors qu'auparavant les bases de données étaient le monopole des développeurs et hors de portée pour le commun des mortels, aujourd'hui, elles peuvent être maîtrisées par quiconque, à condition de disposer des bons outils. Une fois que vous avez saisi ce qui compose une base de données relationnelle, vous pouvez commencer à la construire et à l'utiliser selon vos besoins - pour gérer un projet d'ampleur ou simplement créer un système de stockage évolutif permettant d'éviter les erreurs.

C'est parti.

Une base de données stocke toutes vos données. (Sur Airtable, on parle simplement de base).

Dans une base de données, il y a au moins une table.

Qu'est-ce qu'une table ?


Les tables sont les principaux éléments des bases de données relationnelles. Une table est un ensemble de données, elle est composée de records et de fields et représente un seul sujet.

Chaque table d'une base de données contient un ensemble d'informations structurées.

Par exemple, si vous organisez des événements, vous pouvez avoir une table Événements, une table Lieux, une table Fournisseurs et une table Clients. Chaque table contient toutes les données pertinentes pour un sujet spécifique : par exemple, la table Événements peut contenir les date et heure de chaque événement. Dans une table, les données sont organisées en records et fields.

Qu'est-ce qu'un record ?


Dans une base de données relationnelle, une table représente un seul sujet ; un record est un élément unique de ce sujet. Par exemple, dans la base de données d'un organisateur d'événements, chaque record de la table Événements représente un événement différent (Mariage, Gala, Anniversaire, etc.) ; chaque record de la table Fournisseurs représente un fournisseur différent (Fleuriste, Traiteur, DJ, etc.).

Cette base de données comprend quatre tables : Événements, Lieux, Fournisseurs et Clients. Chaque table contient plusieurs records. Vous pouvez cliquer sur les différents onglets pour explorer les tables.

Si vous connaissez les tableurs traditionnels et leur format grille, vous pouvez voir les records comme des "lignes". Mais il existe deux différences essentielles entre les lignes des tableurs et les records des bases de données relationnelles :

  • L'ordre des records d'une table d'une base de données relationnelle n'a pas d'importance. Cela signifie qu'une base de données relationnelle offre une grande flexibilité quant à la manière dont les données peuvent être affichées. Vous pouvez réorganiser les records, filtrer certains records, ou même visualiser vos records sous forme de calendriers, de graphiques ou de tableaux Kanban : quelle que soit la façon dont vous choisissez d'afficher les records, les données de la table restent les mêmes.
  • Chaque record d'une base de données relationnelle doit être identifiable par une valeur unique. Puisque chaque record est identifiable, vous pouvez éviter les doublons.

Une base de données relationnelle est donc capable de représenter les relations entre différents individus, objets et idées. Les records peuvent être ajoutés, supprimés et modifiés et lorsqu'un changement est apporté à un record, il est opéré partout où ce record est référencé.

Songez à une base de données comprenant des informations sur les clients. Vous utilisez ces données à différents endroits.

Par exemple, vous les utilisez probablement pour le marketing. Vous pouvez adapter votre action marketing selon le statut de chaque client. Un client ayant effectué un achat n'est pas ciblé de la même façon qu'un prospect. Il est donc important de savoir quand le statut d'un client change - par exemple s'il effectue un premier achat. Les informations sur les clients sont également utilisées par vos services de traitement des commandes et de facturation, de sorte qu'un record est consulté à plusieurs endroits.

Dans une base de données, les records des clients sont mis à jour selon les besoins - parfois automatiquement, lorsqu'une certaine action se produit, par exemple un achat. Partout où les informations concernant les clients sont référencées, le changement est instantané. À mesure que vous gagnez ou perdez des clients et que les informations sur les clients changent, elles sont actualisées, où qu'elles se trouvent. Il en va de même pour toutes les autres données.

Qu'est-ce qu'un field ?

Dans une base de données relationnelle, un field représente une caractéristique du sujet de la table. Par exemple, dans la base de données d'un organisateur d'événements, la table "Lieux" peut comprendre les fields "Adresse" et "Capacité d'accueil", tandis que la table "Fournisseurs" peut inclure les fields "Type de fournisseur" et "Numéro de téléphone". Lorsqu'une table est affichée sous forme de grille, les lignes sont des records et les colonnes sont des fields. On peut également voir les records comme des noms et les fields comme les adjectifs qui décrivent ces noms.

Cette base de données comprend quatre tables contenant chacune des records et des fields. Les fields contiennent les informations qui rendent chaque record unique. Vous pouvez cliquer sur les différents onglets pour voir les fields de chaque table.

Note : pour être précis, les fields sont appelés "attributs" par les ingénieurs.

Les bases de données relationnelles vous permettent de créer des règles concernant le type de données pouvant être saisies dans chaque field - vous ne pouvez pas, par exemple, saisir des mots dans un field de type Number ou une adresse mail non valide dans un field de type Email. Le fait de stocker les informations dans des fields et des records plutôt que dans des lignes statiques d'un tableur permet de les gérer plus facilement et garantit l'intégrité des données.

Qu'est-ce qu'une clé ?

Dans une base de données relationnelle, il existe des fields spéciaux appelés clés. Les clés relient les points : elles créent des relations entre les records de plusieurs tables.

Les clés primaires

Dans une table, le field clé primaire - appelé primary field - contient un identifiant unique pour chaque record. Le primary field ne peut pas être supprimé et doit contenir des informations uniques. De fait, il ne peut pas être formaté comme un checkbox field ou un select field. Il doit contenir un identifiant unique - mots ou chiffres.

Les clés étrangères

Un field clé étrangère (foreign key field) est un field dans une table qui pointe vers le primary field d'une autre table. Par exemple, dans votre table Clients, vous pouvez avoir un field contenant un numéro d'identification unique pour chaque client et ce numéro d'identification sera le primary field de la table Clients. Lorsque ce numéro d'identification est introduit dans une autre table - par exemple une table Commandes des clients - il apparaît dans cette table comme un field clé étrangère.

À présent, notre base de données a des nouveaux foreign key fields ajoutés dans chaque table: par exemple, la table ”Événements” a des foreign key fields pour les tables “Lieux” ,“Fournisseurs” et “Clients” ; la table “Clients” a un foreign key field pour la table ”Événements”.





Qu'est-ce qu'une relation entre les tables ? Quels sont les différents types de relations ?


Les fields clés primaire et étrangère créent des relations entre les différentes tables. Dire que les tables sont liées, c'est décrire comment elles partagent des informations. Lorsque des informations sont actualisées dans un record, elles le sont automatiquement dans chaque table où elles apparaissent.

Avec les bases de données, les relations entre les types d'informations peuvent prendre différentes formes. Il y a trois façons de décrire ces relations.

Relations One-to-one

Dans cet exemple, chaque nom de client est associé à un et un seul identifiant client et chaque identifiant client est associé à un et un seul nom de client. La double ligne droite à côté de chaque entité signifie "un et un seul".

Le type de relation le plus simple dans une base de données relationnelle est le "one-to-one". Deux tables peuvent avoir une relation de type "one-to-one", mais le plus souvent, si vous avez une liste d'éléments correspondant à une autre liste d'éléments - par exemple, un client et un identifiant client - il est plus facile d'afficher ces ensembles d'informations dans une seule table :

Chaque client a un identifiant unique et chaque identifiant a son propre client.

Relations One-to-many

Dans cet exemple, chaque entreprise peut potentiellement avoir plusieurs représentants, mais chaque représentant n'est associé qu'à une seule et unique entreprise. La double ligne droite à côté de l'entité Company signifie "une et une seule" et la patte d'oie avec la ligne droite en travers à côté de l'entité Representative signifie "un ou plusieurs".

Les relations de type "one-to-one" ne sont pas aussi courantes que les relations de type "one-to-many" où pour chaque élément d'une liste, vous pouvez associer plusieurs éléments d'une autre liste.

Par exemple, si vous travaillez pour une entreprise, vous pouvez avoir plusieurs contacts. Si chaque représentant est attaché à une seule entreprise, celle-ci peut avoir plusieurs représentants.

Relations Many-to-many

Dans cet exemple, chaque client peut potentiellement commander plusieurs produits et chaque produit peut être commandé par plusieurs personnes. La patte d'oie avec la ligne droite en travers à côté de chaque entité signifie "un ou plusieurs".

À présent, visualisez votre liste de clients et votre liste de produits. Un seul client peut acheter plusieurs produits. Et un même produit est certainement acheté par plusieurs clients.

Dans ce genre de cas - probablement le plus courant - il existe de nombreuses façons de recouper les informations et c'est pour cela qu'une base de données qui rassemble les records sous différents formats est idéale. L'important est de bien structurer la base de données, ou le schéma.

Qu'est-ce que le schéma d'une base de données ?


Lorsque vous concevez votre base de données, vous créez une structure avec des règles. C'est ce qu'on appelle un schéma. C'est le plan de votre base de données qui décrit le type d'informations qu'elle contiendra et la manière dont ces informations seront liées.

Un schéma de base de données vous permet d'appliquer des règles concernant les types de données. Par exemple, vous pouvez configurer seulement trois options dans un field. Vous pouvez aussi décider qu'un field ne contient que du texte, des chiffres ou des images.

Un schéma de base de données permet également d'appliquer des règles concernant les relations entre les tables : par exemple, si un lycée utilise une base de données pour planifier les cours, une règle pourrait être "Chaque étudiant doit être inscrit à au moins deux cours mais pas à plus de six".

Ces types de règles strictes permettront de préserver l'intégrité de vos données et de les afficher de différentes manières. Par exemple, avec Airtable, vous pouvez afficher vos données dans différentes vues et passer d'une vue à l'autre : grid, calendar, kanban et gallery.

Vous pouvez également agir sur vos bases de données de manière tangible - par exemple, en créant des diagrammes de Gantt ou des documents à partir d'informations de base de données. Les façons dont vous pouvez visualiser et gérer les données sont flexibles et pour autant, l'intégrité de vos données est garantie.

Maintenant que vous savez ce que sont les bases de données relationnelles, comment pouvez-vous les intégrer dans votre business - et, plus important encore, comment peuvent-elles vous aider à développer votre activité ?


Il s'agit d'une adaptation de cet article du blog Airtable.

Vous souhaitez vous former sur Airtable ? Découvrez nos tutoriels et formations Airtable.